Etes-vous témoin de maltraitances animales ?

Être témoin de maltraitance animale n’est pas une situation facile à gérer… Elle peut nous plonger dans un mélange d’émotions qu’il est parfois difficile de canaliser : tristesse, colère, culpabilité…

La maltraitance animale concerne tous types d’animaux et ne se limite pas aux coups ou blessures physiques, il peut s’agir de : l’absence de niche ou d’abri alors que l’animal est souvent (voire en permanence) à l’extérieur, l’absence d’eau et de nourriture, le manque d’hygiène dans l’espace de vie de l’animal (excréments, sol souillé…), carences en soins d’hygiène ou médicaux, absence de stimulations (solitude/animal attaché en permanence), élevage irrespectueux…

Lien : que dit la loi en matière de maltraitance animale ?

Situations urgentes

Contacter :

Animal enfermé dans un véhicule

Autres situations graves et urgentes

Police : 17 ou 112

Avez-vous trouvé un animal sauvage blessé ?

Quelques associations…

30 millions d’amis

Fondation Brigitte Bardot

Souhaitez-vous agir ?

Nous n’éprouvons pas tous la même sensibilité face au bien-être animal, c’est pourquoi il est naturel que certaines personnes veuillent prendre les choses en mains dans pareil contexte. Il s’agit d’un devoir citoyen, car l’animal bénéficie aussi d’une protection juridique… Devoir supporter une situation inadmissible à nos yeux n’est pas chose facile lorsqu’on voue un grand respect à ces êtres sensibles. Cependant, le pas est parfois difficile à franchir, car les auteurs des faits peuvent faire partie de nos proches (amis, voisins…).

Que faire ?

Contacter les autorités (gendarmerie, commissariat de police, services de la préfecture…) et/ou les services vétérinaires de la direction départementale de protection des populations.

Lien : où s’adresser en fonction de sa localisation géographique ? (rubrique : où s’informer ? entrez votre code postal)

Contacter diverses associations protectrices des animaux. Un certain nombre d’entre-elles interviennent chaque jour pour mettre un terme à des situations de souffrances, n’hésitez donc pas à les solliciter !

Des représentants de l’association contactée (bien souvent des enquêteurs) se rendent alors sur place pour constater les faits et prendre les mesures appropriées en vue d’améliorer les conditions de vie de l’animal concerné (sensibilisation, demandes d’actions aux propriétaires…).

Sachez que le respect de l’anonymat est de vigueur et que vos coordonnées ne peuvent en aucun être divulguées ou communiquées aux auteurs des faits.

En guise de petits conseils...

Si des personnes vous font part de certains faits de maltraitances animales, ayez le réflexe de vérifier l’information par vous-même avant de passer à l’action, car entreprendre ce genre de démarches n’est pas sans conséquences.

Il est possible que votre alerte auprès d’une association reste lettre morte (absence de réactivité, lieu d’intervention excentré…), mais ne vous découragez pas, car d’autres interlocuteurs sont là pour vous aider à intervenir, n’hésitez pas à multiplier les possibilités !

Si l’auteur des faits est agressif ou violent, il est préférable que vous n’agissiez pas seul, car il se pourrait que vous soyez victime de représailles, restez donc prudent et ne vous mettez pas en danger !

La condition juridique de l’animal et la théorie du contrat social

Dernièrement, j’ai découvert ce bel exposé de Monsieur Jacques Leroy, Professeur émérite – Droit privé et sciences criminelles – à l’Université d’Orléans. En tant que spécialiste du droit des animaux, il nous livre une vision très enrichissante, que je souhaitais vous faire partager…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *